Prenez votre rendez-vous médical en ligne

Espace info-santé de DocMii

  • À 2 ans, un bébé est dans le coma à cause de la grippe

    Le 21/01/2018 à 18:06

    On a tendance à la sous-estimer : la grippe saisonnière est pourtant responsable de 4000 à 6000 décès annuels en France, principalement chez les personnes âgées de plus de 65 ans. Provoquée par un virus (de type Influenza), cette maladie contagieuse est chaque année à l'origine d'une épidémie sur le territoire national - entre décembre et avril.D'après nos confrères du quotidien régional Var-Matin, un petit garçon âgé de 2 ans et demi a été admis en urgence à l'hôpital Lenval de Nice (06) ce dimanche 14 janvier 2018 : l'enfant est actuellement dans le coma à cause de graves complications survenues à la suite d'un syndrome grippal.Pour le jeune garçon, tout a commencé ce vendredi 12 janvier 2018 : à son arrivée à la crèche, il a commencé à présenter des symptômes inquiétants, ce qui a conduit sa maman à prendre rendez-vous chez le médecin. Celui-ci a alors prescrit un traitement contre la fièvre ainsi que deux jours de repos au bambin.Des complications neuro-méningées liées au virus de la grippeMalheureusement, l'état de santé du petit garçon s'est dégradé : 48 heures plus tard, les parents inquiets ont appelé les pompiers qui ont transporté le petit malade jusqu'à l'hôpital Bonnet de Fréjus-Saint-Raphaël (83) avant de le transférer à l'hôpital Lenval de Nice (06). L'enfant souffrirait de complications neuro-méningées liées au virus de la grippe.La vaccination contre la grippe saisonnière n'est pas obligatoire. Cependant, elle est recommandée pour les femmes enceintes, pour les enfants âgés de plus de 6 mois souffrant de troubles respiratoires, cardiovasculaires ou neurologiques, pour les personnes âgées de 65 ans et plus, ainsi qu'à l'entourage des nourrissons âgés de moins de 6 mois.SourceÀ lire aussi :Nourrir le microbiote intestinal pour lutter contre la grippe ?Grippe : seule la Corse est épargnéeGrippe : 4 règles pour éviter de l'attraper au bureau

    Par le Comité Médical DocMii Lire la suite
  • Journée mondiale du câlin : zoom sur cet « antidépresseur naturel »

    Le 21/01/2018 à 10:15

    Ce dimanche 21 janvier 2018, c'est la journée mondiale du câlin - saviez-vous que ce geste affectueux tout simple présentait de nombreux bienfaits pour la santé ?D'un point de vue chimique, le câlin (c'est-à-dire l'acte de prendre quelqu'un dans ses bras) contribue à la production d'ocytocine : cette " hormone de l'affection et de l'attachement » est l'antagoniste direct du cortisol, " l'hormone du stress ».Autant dire qu'un câlin, c'est un véritable antidépresseur naturel. En décembre 2014, des chercheurs de l'université Carnegie Mellon (aux États-Unis) ont d'ailleurs découvert que les personnes qui reçoivent régulièrement des câlins ont globalement une meilleure résistance à certaines maladies - le rhume, par exemple.La prescription du médecin : un câlin par jour, minimum !Selon certains experts, 20 secondes suffisent pour en ressentir les bienfaits : les défenses de l'organisme sont boostées, le rythme cardiaque s'apaise, le stress s'atténue, les pensées négatives régressent. L'idéal ? Un câlin par jour, minimum.Pour les enfants aussi, le câlin est essentiel : une étude menée en novembre 2017 par l'Université de la Colombie-Britannique (au Canada) a montré qu'à l'âge de 4 ans et demi, il existait une réelle différence génétique entre les bébés ayant été cajolés et ceux n'ayant pas bénéficié de contacts physiques fréquents. Les seconds présentaient même une " immaturité biologique »...Mais le câlin, c'est aussi... un business. Ainsi, à Tokyo, il est possible d'acheter un câlin de 20 minutes avec un(e) inconnue pour la modique somme de 3000 yens (soit 22 euros) - le service est un peu plus cher aux États-Unis, où une Américaine propose 1 heure de câlin (amical!) pour 60 dollars (soit 77 euros).SourceÀ lire aussi :La câlinothérapie : des ateliers câlins pour réhabiliter la tendresse Baisse de désir : 6 astuces pour renouer avec sa sexualité après bébé Le sexe est-il vraiment le ciment du couple ?

    Par le Comité Médical DocMii Lire la suite
  • Surpoids : après la ménopause, le régime Paléo est efficace

    Le 20/01/2018 à 18:28

    Vous n'avez pas pu passer à côté du régime Paléo : redécouvert dans les années 1985 par un médecin américain, ce régime minceur et santé prône un véritable retour aux sources.Concrètement, il s'agit d'abandonner les produits transformés (sauces industrielles, salades toutes prêtes, barres de céréales, viennoiseries), les produits céréaliers (pain, pâtes, farines de blé) et les produits laitiers (yaourts, fromages) pour consommer davantage de produits " bruts » : viandes maigres, poissons, fruits de mer, œufs, fruits et légumes, graines, oléagineux...Inefficace, le régime Paléo ? Pas du tout : selon une récente étude de la Umeå University (en Suède), cette méthode minceur permettrait en réalité une perte de poids significative chez les femmes après la ménopause.Une perte de poids saine et durable avec le régime PaléoPour en arriver à cette conclusion, les chercheurs suédois ont travaillé avec 70 volontaires, des femmes ménopausées dotées d'un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 27 - ce qui correspond à un surpoids.Verdict ? Au bout de 2 ans, les chercheurs ont constaté une perte de poids de 9 kilos en moyenne chez les participantes ayant adopté des habitudes alimentaires " paléo ». En outre, le taux de graisse abdominale de ces femmes avait également diminué de manière significative, réduisant ainsi leurs risques de subir une maladie cardiovasculaire." Chez ces femmes, la perte de poids se faisait de manière saine et durable, remarque Caroline Blomquist », principal auteur de ces travaux. Le régime Paléo, ça vous tente ? Attention : un avis médical s'impose avant de se lancer - notamment pour éviter les carences.SourceÀ lire aussi :Régime paléo : 3 questions sur les restrictions de ce régime Granola paléoRégime paléo : menus d'été

    Par le Comité Médical DocMii Lire la suite
  • C'est quoi un bon lait pour le corps?

    Le 20/01/2018 à 11:02

    Il hydrate en surfaceGrâce à la glycérine, qui attire l'eau dans l'épiderme, assouplit la couche cornée, est anti-irritation et favorise une bonne desquamation. Et à des ingrédients qui composent ou favorisent la synthèse des NMF (facteurs naturels d'hydratation) : acides aminés, acide lactique, urée et sucres, présents dans la couche superficielle de la peau. Certains hydratent plus en profondeur, comme l'acide hyaluronique.Il restaure la barrière cutanéeEt limite ainsi la perte insensible en eau (PIE). C'est le rôle des huiles végétales, des beurres (karité, cacao) et des cires (carnauba, abeille...), qui forment un film en surface, protecteur mais non occlusif.Il fait barrage aux agressions externes (vent, froid, frottements des vêtements) et empêche la pénétration de substances nocives (pollution, bactéries...). La peau peut ainsi mieux se défendre.Il apaise les irritationsGénéralement, la sécheresse cutanée est accompagnée de sensations de tiraillement et de démangeaisons. La base émolliente du lait pour le corps améliore la barrière cutanée et réduit la déshydratation. Cette action peut être complétée par des actifs apaisants, comme le panthénol (vitamine B5), la niacinamide (vitamine B3) ou encore l'allantoïne.Il nourrit en profondeurLes acides gras essentiels des huiles végétales ou des beurres ont une action relipidante, grâce aux oméga-3, 6 et 9, aux céramides, aux acides gras libres et aux triglycérides qu'ils contiennent. Ceux-ci assurent la bonne cohésion de l'épiderme. Le beurre de karité est parfait pour cela : sa composition est très compatible avec la peau. Il est aussi réparateur et apaisant.À savoirCommencez par chauffer une noisette de produit dans vos mains, puis hydratez vos jambes en partant des chevilles et en remontant le long des mollets. Puis reprenez un peu de lait et poursuivez sur les cuisses.A lire aussi:Hydratation : les bons rituels de l'hiverC'est quoi un bon lait corps sous la douche ?Une peau de satin grâce aux huiles (végétales)

    Par le Comité Médical DocMii Lire la suite
  • Les Sunions, des oignons qui ne font pas pleurer

    Le 19/01/2018 à 18:03

    Ne pas pleurer pendant la découpe d'un oignon relève du challenge personnel au moment de faire la cuisine. Ce souci lacrymal pourrait être de l'histoire ancienne grâce à une nouvelle variété d'oignons au nom de Sunions. Leur spécificité : ce sont les premiers oignons qui ne font pas pleurer. Il ne s'agit pas d'une variété génétiquement modifiée, précise le site dédié aux Sunions, vantant les mérites de cet oignon "révolutionnaire". Celui-ci est issu d'un croisement naturel. A l'origine de cette production, la société Bayer CropScience, filiale agrochimique du groupe allemand Bayer. Les chercheurs ont travaillé pendant 30 ans avec le centre d'évaluation sensorielle de l'université de l'Ohio pour développer les Sunions, rapporte le site Mashable.Des oignons "doux" pour les yeuxContrairement à tous les autres oignons, ces nouveaux venus dans la famille des aromates sont plus doux, plus sucrés que leurs homologues. Cette variété hybride est surtout dépourvue des fameuses substances irritantes qui arrachent souvent des larmes à ceux qui s'y "attaquent". "Les composés volatils dans les oignons sont responsables de la saveur déchirante et piquante et les quantités de ces composés dans d'autres oignons restent les mêmes ou augmentent avec le temps. Dans les Sunions, ces composés font exactement le contraire et diminuent pour créer un oignon sans larmes et doux" explique le site dédié aux Sunions.Les Sunions sont actuellement cultivés au Nevada et dans l'Etat de Washington. Pour le moment ces aromates naturels vont être uniquement commercialisés aux Etats-Unis à partir d'avril 2018, pour peut-être arriver un jour sur les étals français...6cqCXXzQ70 A post shared by Gelson's Markets (@gelsonsmarkets) on Feb 28, 2017 at 2:07pm PST Lire aussi :Rhume, grippe : l'oignon, le meilleur médicament naturel ?Des avocats sans noyau anti-coupure

    Par le Comité Médical DocMii Lire la suite
  • Voir tous les articles