Prenez votre rendez-vous médical en ligne

Espace info-santé de DocMii

  • Il célèbre la beauté de la femme enceinte avec des fleurs

    Le 17/11/2017 à 17:00

    Comment exprimer son bonheur de devenir père sans passer par les mots ? L'artiste parisien Christophe Guinet a trouvé un joli support : se servir du ventre de sa compagne enceinte et le parsemer de pétales de fleurs. Le projet, baptisé Leon, du nom de leur fils né il y a quelques semaines, a germé naturellement dans l'esprit de ce créatif amoureux de la nature dont les œuvres sont signées du pseudo Monsieur Plant."Montrer la beauté de la femme"Déclaration d'amour végétale, ses compositions tout en rondeur subliment avec une beauté toute naturelle la grossesse et l'éclosion d'une nouvelle vie avec le bouleversement induit par cet heureux événement. De ce ventre fleuri est sorti une série de photos relayées sur les réseaux sociaux comme Facebook et Instagram.Christophe Guinet explique sur Facebook, repris par le site Neuf mois, avoir voulu avec ces photos "sublimer ces semaines de patience et montrer la beauté de la femme dans ces instants magiques où la nature et l'amour sont des alliés parfaits".Un beau témoignage d'amour qui pourrait inspirer d'autres futurs papas. A post shared by Christophe Guinet (@monsieur_plant) on Oct 2, 2017 at 3:08am PDT A post shared by Christophe Guinet (@monsieur_plant) on Oct 3, 2017 at 8:45am PDT A post shared by Christophe Guinet (@monsieur_plant) on Sep 21, 2017 at 2:12am PDT Lire aussi :La grossesse illustrée avec humourFausse couche : un vaccin pour éviter le risque ?Grossesse : la fièvre responsable de maladies congénitales ?

    Par le Comité Médical DocMii Lire la suite
  • Un concert de 8 heures... dans un lit

    Le 17/11/2017 à 15:43

    Vous est-il déjà arrivé de lutter pour ne pas piquer du nez en plein concert ? Samedi 18 novembre dès 23h, à la Philharmonie de Paris vous n'aurez pas besoin de résister. Vous pourrez voguer vers le sommeil en toute sérénité. Avec "Sleep", le compositeur germano-britannique Max Richter propose à un public de privilégiés de (s'en)dormir bercés par sa musique post-minimaliste le temps d'un concert de huit heures. Soit une bonne nuit de sommeil.Dès 22h30, kit de nuit en main (fourni à l'arrivée), masque de sommeil inclus, les spectateurs mélomanes -dont peut-être quelques insomniaques- seront invités à rejoindre leur matelas. Après avoir préparé leur lit douillet munis de leurs propres draps, oreillers et duvet, ils s'installeront dans leur couchage et pourront vivre l'expérience soporifique du compositeur. Pourquoi un concert pour dormir ? Au-delà de la performance, il s'agit d'explorer la perception de la musique selon l'état de conscience de l'auditeur, éveillé, somnolent ou profondément endormi. Mais aussi de débrancher du mode automatique : le téléphone mobile doit être éteint ou en silencieux et les photos et vidéos sont interdites.Un manifeste musical pour ralentirUn éloge musicale à la lenteur en quelque sorte pour Max Richter. Il définit "Sleep" comme une "berceuse écrite pour piano, cordes, électronique et voix, mais dépourvue de paroles. C'est ma version de la berceuse pour notre monde frénétique, un manifeste pour un rythme d'existence plus lent", explique-t-il à la Philharmonie.Le concert étant bien sûr complet, il sera également possible de savourer ce spectacle de son propre lit puisque la performance sera diffusée en live sur live.philharmoniedeparis.fr.En revanche, contrairement au public, vous n'aurez peut-être pas les croissants au saut du lit comme à la Philharmonie où un petit-déjeuner attendra les "spectateurs-campeurs" au réveil. A post shared by Franz Ermel (@franzermel) on Aug 5, 2017 at 4:13pm PDT A post shared by Evren Kiris (@evrinho) on Jul 15, 2017 at 3:56pm PDT A post shared by maría.guillou (@maria.guillou) on Jul 9, 2017 at 12:30am PDT Lire aussi :Enfin une solution pour bien dormir malgré le stressQuel est le dîner idéal pour bien dormir ?

    Par le Comité Médical DocMii Lire la suite
  • Lombalgie : les solutions douces qui soulagent la douleur

    Le 17/11/2017 à 14:50

    Couramment appelée "lumbago", "tour de rein" ou plus simplement "mal de dos", la lombalgie est le deuxième motif de consultation chez le médecin généraliste. Cette douleur, située au niveau des vertèbres lombaires, en bas du dos, touche aussi bien les hommes que les femmes, et peut survenir à tout âge. Dans 90% des cas, la lombalgie guérit spontanément en moins de deux mois mais par crainte de souffrir, un certain nombre de patients réduisent leur activité. Le risque est alors que la lombalgie devienne chronique.Pour éviter ce passage à la chronicité, voici quelques gestes à faire au quotidien et les plantes à adopter dès que vous sentez que votre dos "tiraille" un peu ou que la douleur pointe à nouveau le bout de son nez.

    Par le Comité Médical DocMii Lire la suite
  • Bébés prématurés : 180 bébés naissent trop tôt chaque jour en France

    Le 17/11/2017 à 12:29

    "Les enfants prématurés sont nos plus petits, nos plus fragiles et sont aussi notre avenir, comme tous les enfants. Il est de notre devoir à tous de tout faire pour aider ces enfants, qui n'arrivent pas dans la vie avec les mêmes chances que les autres, et ainsi, réduire les inégalités" se plaît souvent à expliquer Charlotte Bouvard, fondatrice de l'association SOS Préma. depuis plus de 10 ans, cette association se bat pour rappeler que la prématurité est un enjeu de santé publique.60 000 bébés naissent entre 5 et 8 mois de grossesseChaque année, en France, 60 000 bébés naissent prématurément entre 5 et 8 mois de grossesse, soit 180 nourrissons qui naissent trop tôt chaque jour. 1 800 décéderont.2 900 seront porteurs de handicaps.12 000 connaîtront des retards de développement. C'est pourquoi, à l'occasion de la Journée mondiale de la Prématurité, le 17 novembre les 70 antennes locales de l'association SOS Préma se mobilisent afin de sensibiliser le public et récolter des fonds pour améliorer la prévention, le suivi des grossesses et la prise en charge des familles. C'est aussi l'occasion, pour l'association, de lancer une campagne de sensibilisation. Cette année, la campagne a pris la forme d'une vidéo tournée à l'AP-HP Armand Trousseau à Paris et mise en ligne sur les réseaux sociaux.A lire aussi :La survie des grands prématurés en France s'amélioreUn test sanguin précoce pourrait indiquer le risque de prématurité

    Par le Comité Médical DocMii Lire la suite
  • Asthme sévère de l'adulte : chauffer les bronches pour réduire les crises

    Le 17/11/2017 à 11:34

    Entre 200 000 et 400 000 personnes souffrent d'un asthme sévère en France. Durant les crises d'asthme, elles souffrent d'une gêne respiratoire majeure due en partie à une contraction des muscles qui entourent les bronches. Des bronches se ferment partiellement, leur calibre rétrécit, et l'air ne peut plus passer correctement. Chez les asthmatiques sévères, ces muscles sont plus gros entraînant un resserrement plus important des bronches."Pour certains asthmatiques, respirer représente une gêne de tous les instants. Chez certains patients, les crises aiguës sont fréquentes et sont accompagnées d'un risque vital" explique le Dr Stéphanie Fry, pneumologue à l'hôpital Calmette du CHRU de Lille.C'est quoi la thermoplastie bronchique ?Le centre hospitalier de Lille a donc décidé de proposer à ses patients atteints d'asthme sévère et que les traitements actuels ne parviennent pas à stabiliser, un nouveau traitement qui soigne la maladie par la chaleur. Appelé thermoplastie bronchique, ce traitement consiste à chauffer l'intérieur des bronches du patient à l'aide d'une petite électrode introduite sous anesthésie générale. Trois séances de 40 à 60 minutes, à 3 semaines d'intervalle sont nécessaires pour parvenir à cautériser la masse musculaire qui entoure les bronches et qui les resserre.Un traitement innovant pas encore pris en chargeLa thermoplastie bronchique ne guérit pas la maladie mais elle permet aux asthmatiques sévères de retrouver une qualité de vie : leur fonction respiratoire s'améliore, les crises s'espacent et ils peuvent réduire leur traitement par corticoïdes... donc réduire les effets secondaires."Une trentaine de patients devraient être traités sur les trois prochaines années" annonce le CHRU qui finance ces thermoplasties à l'aide de son budget programme innovation. La technique n'est en effet pas encore prise en charge par l'Assurance maladie et coûte de 12 000 à 15 000 euros par patient, apprend-on dans la Voix du Nord.A lire aussi :Traitement de l'asthme : les médicaments de baseTraitement de l'asthme : les règles à suivre

    Par le Comité Médical DocMii Lire la suite
  • Voir tous les articles